AFP : Martin Bouygues, vivant, des démissions

Quelques jours après l’annonce erronée de la mort de Martin Bouygues par l’Agence France-presse (AFP), les premières conséquences sont apparues avec deux démissions, jeudi 5 mars 2015, du directeur de la Région France, Bernard Pellegrin, et du rédacteur en chef France Didier Lauras. M. Pellegrin est remplacé à la tête de la Région France par Philippe Onillon qui était adjoint à la direction de l’information. 

Emmanuel Hoog - PDG AFP 2015 © AFP

Emmanuel Hoog – PDG AFP 2015 © AFP

Des sources internes de l’AFP indique que ces démissions confirment que la chaîne d’erreurs survenue le 28 février n’est pas uniquement le fruit de fautes de jugement individuelles, mais relèvent aussi des problèmes d’organisation .

De nombreuses questions se posent :

Comment une grande agence mondiale travaille un samedi, avec quelle collégialité et quelle supervision ?
Commment une journaliste de permanence a-t-elle pu prendre seule la décision de publier la dépêche annonçant à tort la mort de M. Bouygues ?

La nécessité de consulter ses supérieurs hiérarchiques avant de diffuser une telle information était-elle clairement établie ?

Afin de défendre les agenciers impliqués dans la publication de la dépêche erronée, le syndicat SNJ-CGT avait mis en garde contre la tentation d’individualiser un dysfonctionnement qui est en réalité collectif.

L’afp est aussi confrontée à la course à la rapidité et la pression créées par Internet notamment les réseaux sociaux et les chaînes d’info en continu .

La lettre ouverte qui circule dans la rédaction de l’AFP souligne que : « Ces dernières années, et notamment lors de la couverture de l’attentat de Charlie Hebdo, la hiérarchie a souvent “mis la pression” sur les services de production pour que ceux-ci donnent une information le plus vite possible – en dépit parfois d’éléments insuffisamment étayés – dès lors qu’elle était publiée par un autre média, et déploré les retards dus au nécessaire recoupement des sources … la mise sous tension des journalistes au quotidien pour courir après les réseaux sociaux finit par créer de mauvais réflexes ».

la directrice de l’information l’afp, Michèle Léridon – dont la démission a été refusée par le PDG, Emmanuel Hoog, a cependant réaffirmé que La fiabilité est la valeur numéro un à l’AFP, elle doit toujours primer sur la rapidité

Ces démissions n’ont pas clos l’affaire car la direction de l’AFP mène toujours une enquête interne .

[fbcomments]