Marchés avicoles de Yaoundé, Mvog-Ada oublié 

Une liste des marchés avicoles de Yaoundé a été officialisée. La fièvre de la relance de l’activité avicole  n’est pas perceptible ici au marché de Mvog-Ada à Yaoundé ce 25 août 2016 et pour cause, parmi les marchés avicoles désignés par arrêté du ministre de l’Élevage des Pêches et des Industries Animales, le grand marché du poulet  de Mvog-Ada manque à l’appel.

 Marchés avicoles de Yaoundé : reprise d'activité


Marchés avicoles de Yaoundé rouverts à l’exception de Mvog-Ada

Merlin responsable de la sécurité du marché, semble tomber des nues. L’arrêté ministériel publié la veille lui est complètement inconnu. Le texte disait quoi ? s’exclame-t-il encore auprès de nous. Comme Merlin? plusieurs commerçants  n’ont pas  eu vent de cette décision qui relance la filière avicole dans la région du centre. 10 marchés avicoles dont   Mokolo, Nsam, Mvog-Mbi, Essos, Rond-point Express, Mfoundi, marché de l’Ipavic, Nkolbisson , Ekounou et Etoudi ont été désignés pour la vente du poulet. Or le marché de Mvog-Ada, grand marché du poulet de la région du centre, semble avoir été oublié. Une situation qui sème le désarroi au sein des revendeurs, démarcheurs, plumeurs,  qui accusent encore le coup de plusieurs semaines de non activité.

Une reprise après 3 mois de traque

Le film d’horreur avait commencé avec l’arrêté ministériel du 26 mai 2016 qui portait déclaration de la grippe aviaire dans sa forme la moins virulente dans certains foyers d’élevage de poulet dans les grandes métropoles. Après des descentes musclées, le préfet avait saisi des poulets et ordonné  la cessation de toute activité avicole jusqu’à ce que le l’épizootie soit maîtrisée. En l’espace  de quelques semaines, les pertes se chiffraient à hauteur de plusieurs  milliers de francs. Michel Biko que nous avons interrogé déclare aujourd’hui qu’il fait face à  un gros manque à gagner, l’estimation de ses pertes est de 735.000 FCFA. Et déjà il envisage de changer d’activité d’autant plus que le marché du poulet de Mvog-Ada n’est pas prêt de reprendre du service.

Interrogé sur le flou qui entoure le statut de ce marché, les responsables au Ministère n’ont pas voulu se prononcer sur la question martelant qu’on devrait s’en tenir au texte ministériel. Et que deviendra alors le marché aux poulets de Mvog-Ada ? Ce marché où venaient se ravitailler, acheteurs-revendeurs, éleveurs, consommateurs ?  La question angoisse vendeurs et plumeurs qui n’en peuvent plus de mener leur activité dans l’insécurité. La vente du poulet a timidement  repris dans ce marché quelques jours même avant la publication du texte ministériel. « Si notre marché doit être transféré qu’on nous le dise clairement » martèle Michèle avant de reprendre ses négociations avec une potentielle  acheteuse de volaille.

Corinne Kamseu

 

[fbcomments]