Mariano Rajoy refuse de rencontrer Puigdemont mais accepte le dialogue

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a déclaré ce vendredi que s’il devait rencontrer quelqu’un à l’issue du scrutin en Catalogne, ce serait Inés Arrimadas, tête de liste du parti unioniste Ciudadanos. 

Mariano Rajoy est le Premier ministre espagnol

Mariano Rajoy refuse de rencontrer Puigdemont

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a rejeté ce vendredi la demande de l’ex-président indépendantiste Carles Puigdemont de le rencontrer après la victoire du camp séparatiste en Catalogne.

Interrogé sur la proposition de dialogue lancée par l’ex-président catalan depuis Bruxelles où il s’est exilé, le chef du gouvernement a répondu: “la personne avec laquelle je devrais m’asseoir, c’est celle qui a remporté les élections, Madame (Inés) Arrimadas”, la tête de liste du parti anti-indépendance Ciudadanos qui a remporté le plus de voix au parlement catalan.

Néanmoins, les trois listes indépendantistes réunies ont obtenu plus de sièges au parlement, notamment en raison d’une loi électorale de pondération qui favorise les régions plus rurales, où les sécessionnistes sont très implantés.

“La Catalogne n’est pas monolithique mais c’est une région plurielle, c’est une richesse. Nous devons tous la respecter, la soigner et nous en occuper”, a enjoint le chef du gouvernement espagnol. “La fracture qui a eu lieu dans la société catalane est très grande. Cela mettra du temps de la guérir et tous les acteurs politiques devront s’en charger”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, assurant une “volonté de dialogue ouvert, constructif et réaliste”.

Le gouvernement allemand quant à lui a appelé « tous les acteurs en Espagne » au « dialogue » et à la « désescalade ». Le porte-parole du gouvernement allemand, Ulrike Demmer a déclaré à cet effet : « Les députés vont maintenant devoir former un gouvernement. Nous espérons que cela conduira à surmonter les divisions de la société catalane afin d’aboutir à un avenir commun avec la participation toutes les forces politiques d’Espagne ».

Source : BFMTV

[fbcomments]