Poisson Jean-Frédéric : surprise des primaires de la droite en France

Poisson Jean-Frédéric était le candidat le moins connue des primaires de la droite en France. Il s’est pourtant   fait remarquer au premier débat de la droite et du centre tenu jeudi 13 octobre 2016. M. Poisson s’est distingué des autres candidats avec un programme iconoclaste.

Jean Frédéric Poisson était le candicat le moins connu du premier débat de la primaire de la droite et du centre

Jean Frédéric Poisson  candidat à la primaire de la droite en France

Député des Yvelines et président du PCD (Parti Chrétien-Démocrate). Il a été choisi comme candidat pour représenter son parti à la primaire de la droite. Historiquement, son parti, longtemps dirigée par Christine Boutin a toujours été affiliée à l’UMP.

 A la différence des autres candidats qui devait réunir un certain nombre de parrainages d’élus, Jean-Frédéric Poisson a été dispensé de cette exigence. Son statut de président du PCD en est la raison principale.

Lors du débat, M. Poisson s’est encore démarqué de ses adversaires du soir. C’est un eurosceptique, partisan de l’Etat-nation avec un septennat non-reconductible. Il se déclare comme un candidat eurosceptique et anti-mariage gay.

Il rejette toute idée de l’Europe et les accords de Maastricht. De plus, la France doit réaffirmer ses racines chrétiennes et rejeter le concept même de mariage de personnes de même sexe.

Au plan économique, ses idées, l’affirme-t-il ne sont pas très éloignées de celles de Manuel Macron. Il ironise d’ailleurs en déclarant à ce sujet : « En économie, je suis plus à gauche qu’Emmanuel Macron ». Il est notamment contre le néolibéralisme et pour une redistribution équitable des richesses.

Lors du débat, il s’est démarqué de ses concurrents sur plusieurs autres questions à la fois au plan national et international. Jean-Frédéric Poisson, au plan interne est opposé au travail le dimanche et à l’allongement du temps de travail tel que le souhaitent ses concurrents. Il milite notamment pour la fin de l’état d’urgence et contre la déchéance de nationalité.

A l’international, le député qui a rendu visite à Bachar el-Assad est en faveur d’une alliance entre l’Europe et la Russie afin de faire bloc face à la Chine et aux Etats-Unis. Sans toutefois nier les liens étroits entre ses idées et celles de Marine Le Pen, il affirme à ce propos être en désaccord avec cette dernière sur certains sujets notamment la peine de mort ou encore la préférence nationale.

Les premiers sondages après ce premier débat télévisé pour la primaire de la droite montrent que les intentions de votes en faveur M. Poisson ont progressé à 2%. Celui qui était dernier dans les sondages devance désormais Jean-François Copé qui ferme le classement avec 1%.

Le président du Parti Chrétien-Démocrate a aussi bénéficié de l’effet de curiosité puisque son nom a été classé premier en France dans les recherches sur Internet pendant ce débat.

Clovis Mballa.

[fbcomments]