Filiation d’ Ali Bongo : le Midi Libre a-t-il clos le débat ?

           Le débat sur la filiation d’ Ali Bongo n’est toujours pas clos. Alors que la crise électorale gabonaise ne se lasse décidément pas de faire parler d’elle, encore que l’opinion internationale s’y intéresse. La  Filiation d’ Ali Bongo, déclaré gagnant lors du scrutin du 28 Août dernier et par la Cour Constitutionnelle gabonaise vient soulever la polémique une fois de plus à travers une enquête française.

La  filiation d' Ali Bongo fait toujours polémique

Le débat sur la filiation du président gabonais Ali Bongo

 Le président Ali Bongo alimente de nouveau la polémique, cette fois avec ses origines.

C’est à travers une publication du quotidien français le Midi libre du 15 septembre dernier que le candidat réélu fait parler de lui.

En effet, selon le Midi libre, Ali Bongo Ondimba, fils d’Omar Bongo aurait séjourné à Ales en France il y’a de nombreuses années, soit entre 1965 et 1966.

Simple rumeur ou fait réel ? En tout cas, cela impacte encore plus sur la polémique relevant des origines de l’ex président gabonais, Ali Bongo Ondimba. Mais cette fois, il faut noter que l’équivoque tend à être levée.

L’enquête du journaliste de Midi Libre lui a permis de retrouver les anciens camarades d’Ali Bongo. A l’époque, il était connu sous le nom d’Alain Bongo. A cette époque, la famille ne s’était encore convertie à l’Islam, conversion qui intervient en 1973 . En ajoutant, « ses petits copains se souviennent très bien de lui ».

Pour s’assurer de la véracité de ses informations la journaliste aurait confronté les photos retrouvées avec des photos officielles, elle déclare « on reconnaît tout à fait le petit garçon » et ajoutant avoir multiplié les témoignages et récupéré les informations entre les différentes déclarations.

Les résultats de cette enquête conforte l’opposition et tenants de la thèse sur les origines nigérianes  d’Ali Bongo, cette dernière soutenant qu’Ali aurait été adopté par son père Omar pendant la guerre du Biafra au Nigeria.

A la fin des années 60, et donc Ali Bongo serait véritablement d’origine nigériane. La loi gabonaise stipulant que seul un gabonais de naissance peut prétendre à la magistrature suprême.

Cette preuve de la présence d’Ali Bongo en France pendant cette guerre tend à exclure toute hypothèse d’adoption avant ou après par le président.

Pour Alain Claude Billie Bi Nzie, porte-parole d’Ali, cette enquête ne fait que confirmer les propos du clan Bongo. Et espère bien entendu que cela mettra un terme à un débat qualifié de”nauséeux”.

Hervé Atangana.

[fbcomments]