Enfants tués dans des raids aériens au Yémen

La coalition accusé d'avoir causé le décès des enfants – KalaraNet.com – Août 2016

Des enfants dans les bombardements au Yémen – KalaraNet.com – Août 2016

La coalition arabe qu’on accuse d’avoir lancé, dimanche, des bombes dans un établissement scolaire construit dans la partie septentrionale du Yémen, a nié les faits en bloc malgré que dix enfants aient trouvé la mort des suites de ce bombardement. La coalition déclare qu’elle a plutôt visé un camp dans lequel les rebelles ont l’habitude de faire leurs entraînements.

Cependant, les médecins sans frontières avance avec conviction que dix des enfants inscrits dans une école  coranique ont trouvé la mort et 28 se sont retrouvés avec des blessures dans des zones de raids aériens perpétrés au nord de la localité de Sanaa qui est sous l’emprise des rebelles Houthis.

L’Unicef  a aussi rapporté que les explosions de bombes dans un établissement scolaire ont fauché la vie à bon nombre d’enfants. Et  cet organisme supplie
les parties au combat à ne pas s’attaquer aux civils. Cependant la coalition continue de clamer son innocence tout en insistant sur sa version des faits. Et Ahmed Al-Assiri  le  général, en « démentant qu’une école ait été la cible de la coalition »  a fait ces déclaration à l’AFP : « ils utilisent des enfants comme recrues  . Il ajoute que Médecins Sans Frontières aurait mieux fait de prendre des dispositions pour mettre un terme à l’utilisation des enfants pour des besoins militaires que de se lamenter dans les médias. Selon lui, un des cerveaux du camp a été éliminé et avec lui, plusieurs autres rebelles.

Le général saoudien s’interroge sur les raisons de la présence d’enfants dans
de telles zones et d’après lui ces innocents sont exploités comme « éclaireurs, gardes, messager et combattants ». Les Houthis, qui soutenaient  l’ancien chef d’État en la personne d’Ali Abdallah déchu  depuis l’année 2012, sont hostiles au gouvernement du dirigeant Abd Rabbo Mansour  qu’ils contestent depuis  2014. Et ils se sont rendus maître de nombreux territoires parmi lesquels la capitale Saana.

Pour  mettre un terme à l’action des rebelles, l’Arabie saoudite, qui s’est placé
au dessus d’une union militaire en mars dernier, se sent obligé de lancer les bombes aériennes dans le but de dissuader ces derniers.

On déplore le nombre de morts, 6 400 environ et 30 000 blessés que cette guerre a causé à ce jour.

L’ONU estime que tous les belligérants bafouent les droits de l’homme, et sans céder au chantage de Riyad qui menace de la priver du financement  elle a, en quelque sorte,  enregistré ces États dans une liste noire.

La coalition est passée aux aveux en reconnaissant tout ce dont on les accusait relativement aux bombardements.

Mbou Sop Yann Cyrille.

[fbcomments]